Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 Apr

Vivre dans des condition extrême

Publié par philip

 Vivre dans des condition extrême

voici une série de photos sur la survie des animaux sauvages (en-autres le faisan et le chevreuil)

ce matin la température est descendue à 1° alors qu'hier après-midi on a atteint 20°

ça donne 19° degrés de variation entre le matin et l'après-midi le tout sous la brume, l'humidité, et des fois les pieds dans l'eau (notamment pour ce chevreuil) Puis le soleil s'imposera

il faut avoir un mental solide pour vivre dans de telles conditions

vous allez sûrement penser « pourquoi cet article ? » !

je vous répondais que c'est le sentiment que j'ai eu en prenant ces photos

 Vivre dans des condition extrême
 Vivre dans des condition extrême
 Vivre dans des condition extrême
 Vivre dans des condition extrême
 Vivre dans des condition extrême
 Vivre dans des condition extrême
 Vivre dans des condition extrême
 Vivre dans des condition extrême
 Vivre dans des condition extrême
 Vivre dans des condition extrême
 Vivre dans des condition extrême
 Vivre dans des condition extrême
 Vivre dans des condition extrême
 Vivre dans des condition extrême
 Vivre dans des condition extrême
Commenter cet article

Denis A. Jeanneret 10/04/2015 22:12

Bonjour,

C'est très intéressant. Le Chevreuil de chez vous est chez nous au Québec le Cerf de Virginie, une espèce plus que voisine! Son adaptation aux climats extrêmes est extraordinaire avec une population qui fonctionne presque sur un mode d'auto régulation d'une année à l'autre. Cependant, il lui arrive d'être mis en très grande difficulté lorsque des épisodes de verglas surviennent et particulièrement au début de l'hiver. Cette couche de glace parfois épaisse de plusieurs cm ou parfois plus fine, est responsable de la mort de milliers de Cerf de Virginie ici tous les ans. Le pourquoi est que la couche de verglas agit comme un rasoir sur les pattes des animaux et dont la blessure devient rapidement immobilisante. la deuxième raison est que ces couches de glaces privent l'accès à la nourriture de surface obligeant le cerf à repositionner son alimentation sur la végétation en sous étage, souvent rare, principalement dans les forêts de résineux ou les forêts immatures.

Cordialement,
Denis A. Jeanneret - Photographe Animalier

philip 12/04/2015 21:31

Bonsoir Denis A. Jeanneret

votre réponse est très intéressante concernent les épisodes de verglas et sur l'accès à la nourriture de surface
Le cerf de Virginie est l'un des grands mammifères les plus communs en Amérique et il en existe 38 sous-espèces.
il me semble qu'il existe un plan de nourrissage d’urgence par la surveillance des biologistes du Ministère et des bénévoles distribuent, dans des ravages sélectionnés, une nourriture d’appoint qui consiste en une moulée spécialement formulée pour le cerf
il faut le reconnaître il vaut mieux laisser la nature décider d’elle-même

cordialement Philip

Archives

À propos

daims dans l'illwald